Fichier d’origine :

Comment utiliser les tableaux de compétence du programme de 2008 en maîtrise de la langue ? – pe2a – 14 octobre 2008.

 

 

 

En formation, nous avons fait un petit rappel au sujet du COS (complément d’objet second). Cette dénomination est imparfaite. Il s’agit en termes plus justes en linguistique des verbes très nombreux  à « double valence » et de verbes plus rares, à triple valence, mais fréquemment utilisés.

 

Un exemple de verbe à double valence :

 

Léa donne avec sa bouche  un morceau  de son choco (COD) à Emma (COS)

L’ATSEM dit à Léa (COS) que c’est gentil (COD1) mais que ce n’est pas propre (COD2).

 

Où l’on voit le problème que pose la terminologie scolaire , car dans la 2° phrase, le COS n’est pas second mais premier, ce qui se passera aussi si je pronominalise le COS dans la 1° phrase.

 

 

Deux  exemples de verbe à triple valence :

 

Monsieur Paul loue à Sidonie (C1) un studio à Strasbourg (C2)  530 euros (C3).

Régis Boyer a traduit les contes d’Andersen(C1) du danois (C2)  en français (C3)

Bien entendu, dans ces « valences » entrent en jeu des critères sémantiques. On ne pourrait vraiment pas dire :

Madame Jeanne prête Antoine à un appartement

ni

Monsieur Paul loue Sidonie à 530 euros.

 

Le passionnant dictionnaire Picoche et Rolland, disponible à la médiathèque, avec un Cdrom que vous pouvez installer temporairement sur votre ordinateur personnel, construit toute l’approche du lexique usuel à partir de la prise en compte de tels phénomènes.

 

Sur les verbes à double et à triple valence, vous pouvez consulter aussi la Grammaire Méthodique du Français, ch. le groupe verbal, paragraphe : les verbes à triple complémentation (p.227, 1° édition). Cet ouvrage est notre référence. Il fait partie de la bibliographie de l’année de PE1.