Fichier d’origine :

Comment utiliser les tableaux de compétence du programme de 2008 en maîtrise de la langue ? – pe2a – 14 octobre 2008.

 

 

L’orthographe des verbes en –yer, -eter, -eler est un exercice traditionnel sur lequel se sont usés des générations, et que les grands-parents (lettrés) seront rassurés de voir ainsi revalorisés dans ce programme.

Nous trouverons dans des manuels comme La Balle aux Mots, de multiples exercices pour consolider ces règles compliquées (on écrira : « il achète », mais « elle jette » ; elle « s’appuie » et non pas « elle s’appuye »). Mais attention : il s’agit là, pour partie de règles « grapho-phonétiques », et de normes lexicales, et non pas de savoirs systématiques concernant strictement le verbe. C’est très clair si on considère la compétence du CE2 : « verbes en –cer, - ger, et –guer ». Ces problèmes gagnent à être traités sur le plan orthographique en même temps que des compétences concernant des mots d’autre nature, notamment les noms. « Avançons » et « le garçon » ou encore « vendangeons » et « bourgeons » mettent en jeu les mêmes règles grapho-phonétiques. Et c’est l’oral qui mettra les enfants sur la voie.

Quant à la compétence du CM2 « distinguer par le sens les formes verbales homophones de l’imparfait et du passé composé », il semble qu’il s’agisse d’une coquille dans ces programmes parus trop vite. Sans doute les concepteurs visent-ils la confusion possible entre : « je mangeais / mangeai les pèlerins en salade », donc la confusion entre imparfait et passé simple à la 1° personne du singulier. Or ce n’est pas là seulement  une compétence orthographique ; il faut la relier  à la compétence « valeur des temps du récit (voir partie rédaction)

Les concepteurs auraient pu pointer aussi :  « j’aimerais / j’aimerai », dont on voit l’intérêt, mais aussi la difficulté, car c’est une erreur encore très fréquente dans les écrits professionnels des PE2 ! Les chances d’y arriver dès le  CM2 sont incertaines.