CAPES DOC interne – année 2009-10

Fiche technique (auteur : J-Marc Muller)

 

Le survol du dossier en vue de construire la note de synthèse

(à partir du sujet de la session 2009).

Vous trouverez le dossier en format PDF  sur le site du CRDP d'Aquitaine avec d'autres ressources, comme les rapports du jury.

 

Cette fiche reprend et prolonge le travail fait lors de la première séance de préparation le 9 septembre 2009 à l’IUFM de Colmar.

 

Plan de la fiche :

 

-          un survol à partir d’une première prise en compte du texte cible

-          un questionnement pour bien survoler

-          quelques conseils à partir des textes de ce dossier

 

1.              Ce qu’il ne faut pas perdre de vue, dès le survol 

 

-  le texte à produire (= texte cible) est une « note de synthèse (désormais NS) qui ne doit pas trop dépasser 3 pages manuscrites ; il comportera donc entre 800 et 1000 mots

-  la note ne peut de ce fait qu’aller à l’essentiel, non pas d’un point de vue métaphysique, mais professionnel

-  le titre du dossier est un élément très important : il orientera la construction du dossier, et les correcteurs attendent une synthèse construite en fonction de ce titre.

 

1° élément à inscrire en lettres capitales sur votre brouillon, ce titre :

 

SCOLARISATION des élèves à BESOINS SPECIFIQUES

 

(où ma transcription minimise un élément redondant, faisant apparaître du coup deux concepts, probablement en tension dans le contenu du dossier)

 

2.              Le survol des documents

 

C’est ce que vous allez faire pendant le premier quart d’heure, dans le stress, en brassant fébrilement ce dossier de 22 pages (il y eu pire !).

La page 1/3 vous permet d’organiser tout de suite vos feuilles de brouillon (à numéroter, à n’utiliser qu’au recto).

Vous pouvez pointer tout de suite sur le dossier les autres exercices à faire : 1 et 5 devront être résumés et faire l’objet de références bibliographiques.

C’est ce que vais faire moi-même, en « temps réel » : construisant cette fiche, je n’ai pas encore produit de plan, à plus forte raison de synthèse rédigée : ce sera l’objectif de notre deuxième séance.

 

Une grille de questions est utile à ce stade. Elle va calmer le stress, et surtout, elle va provisoirement nous priver de la tentation forte du tout lire, en abordant directement les contenus, ce qu’il faut éviter dans un premier temps.

 

-   Quel est le domaine de pertinence, d’un point de vue empirique, très sommaire ?

-   Qui parle à qui ? en plus clair : quel est le statut de l’auteur ? et quels sont ses destinataires professionnels prioritaires ?

-   De quel type est le document (extrait d’ouvrage, article de revue, extrait de circulaire, etc. ) ?

-   La date (on verra qu’avec les documents en ligne, et même pour les documents imprimés, c’est parfois un problème, à soumettre à votre formatrice compétente).

 

Ceci pourrait donner un TABLEAU :

Doc.1

Doc.2

Doc.3

Doc.4

Doc.5

 

Mis en ligne sur EDUSCOL après 2002

 

 

 

B. Belmont, chercheur au CRESAS-INRP

 

= discours d’expert

 

destinataires : enseignants en formation continue

 

 

Dossiers de l’ingénierie éducative

Article non daté, postérieur à 2005

 

H. Benoît

directeur d’études INS-HEA)

 

= discours d’expert 

monde de la formation professionnelle au-delà de l’éducation nationale

 

destinataires : décideurs, et plus largement formateurs et praticiens concernés par les TICE

 

Cahiers pédagogiques – version en ligne 27 mai 2005

 

 

P. Bourdon est un universitaire (sciences de l’éducation)

 

= discours d’expert (mais ici aussi militant)

 

BO - circulaire du 31 juillet 2006

Ministres De Robien (EN) et Bas (délégué sécurité sociale etc.)

 

= texte règlementaire

 

interface école – société (voir attributions des 2 ministres)

 

destinataires : les chefs d’établissement

ScerEn + CRDP Créteil

 

Cahiers Innover et Réussir

mars 2007

 

= témoignage d’une équipe pédagogique sur une UPI en collège

 

destinataires :

 

chefs d’établissements + équipes (dont docs)

 

Ce premier travail ne nécessite pas de lecture exhaustive, et même il l’exclut. Il sera directement utile pour la construction de la problématique, selon 3 entrées qui seront toujours les mêmes (voir explications plus détaillées lors de la prochaine séance).

 

A.             Contextualiser pour poser un problème.

 

Surtout à partir des doc. 1 et 4. Bien entendu des connaissances débordant le dossier sont nécessaires. Ici connaître dans ses très grandes lignes la Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances. Ce n’est pas forcément à apprendre par cœur, mais il faut savoir le retrouver dans le document 4.

 

B.             Reconnaître les concepts et les théories en jeu

 

Surtout, a priori, à partir des documents 1 et 3.

 

C.             Envisager des lignes d’action, entre le souhaitable et le possible

 

Surtout, a priori, à partir des documents 2 et 5.

 

Ce sont pour le moment des conjectures, qu’il faudra vérifier en regardant quand même de plus près les contenus. Il y a dans chaque document de quoi alimenter les 3 rubriques. Mais avoir déjà ces rubriques en tête au stade du survol peut aider à mieux lire à l’étape suivante.

 

 

3.              Quelques conseils pour un survol encore plus efficace.

 

EDUSCOL

 

La fréquentation régulière du site ne peut que vous faciliter la lecture du document. De même il faut avoir exploré un peu le site de l’INRP (institut national de la recherche pédagogique).

 

Vous pouvez sommairement construire un premier arbre (je vous préviens : dans ce domaine, je planterai une forêt), ce qui vous mènera vers la prise de conscience d’une première hiérarchie pas forcément indiquée par la typographie). 

 

Voici cet arbre rudimentaire réalisé avec le logiciel Mindmanager [1].

 

Les dossiers de l’ingénierie

 

Dans ce document, on apprend une langue, dont le néologisme « ingénierie » est déjà un élément. Il a tout de même fait son entrée dans le dictionnaire Petit Robert, qui nous apprend qu’il date de 1964, et qu’il est fabriqué non pas à partir de « ingénieur » mais de « engineering ». Associé à TICE, c’est donc tout le monde du management qui entre ici dans la problématique (et c’est bien le diable si un dossier du CAPES doc ne fait place à ce discours).

Là aussi il faudra des connaissances, qui nous aideront à pointer tout de suite, au stade du survol les concepts, qui sont les mots de la langue : par exemple : intégration, scolarisation, besoins éducatifs particuliers (tiens, le titre du dossier fourni par le jury), accessibilité, etc. Ce sont ces mots qui replacés dans la NS à bon escient, en feront la réussite.

 

A propos de la langue, vous aurez peut-être remarqué d’emblée que le mot « handicap » est relativement discret dans  ce dossier, sauf  dans l’article des Cahiers où il fait le titre (alors que les candidats  ont tous  dit en février : on a eu un sujet sur le handicap à l’école). On dit plutôt « public à besoins spécifiques »… Tout au long de votre préparation, vous aiguiserez votre sensibilité au vocabulaire professionnel… et vous progresserez beaucoup.

 

D’un point de vue technique, s’habituer à tirer parti de la matérialité d’une mise en page journalistique.

Les habitudes de lecture scolaire / littéraire nous détournent paradoxalement des encadrés et des accroches (bon pour la lecture du journal, pas pour un travail sérieux !) Et c’est comme ça qu’on ne voit pas que l’encadré sur fond noir avec illustration fournit quasiment le résumé de l’article (la loupe ne sera pas fournie pour le texte, limite du point de vue lisibilité).

 

Au stade du survol, vous pouvez lire attentivement le paragraphe « En conclusion » qui reprend, peut-être, des éléments essentiels.

 

Les Cahiers pédagogiques

 

Il faut connaître cette publication professionnelle, à vocation transversale et militante, échappant à l’emprise officielle. C’est ce qu’exprime sans doute la rubrique : « les chroniques du métier », entre narration et analyse.

La devise des Cahiers est clairement, explicitement politique : « Changer la société pour changer l’école, changer l’école pour changer la société ».

J’ignore si beaucoup  de CDI y sont abonnés, mais c’est le cas de la médiathèque de l’IUFM de Colmar, qui possède une collection importante. Vous pourrez les emprunter.

Les Cahiers sont maintenant publiés en ligne, et mettent à la disposition du public bon nombre d’articles anciens.

Ils sont un lien étroit avec le Café pédagogique, site incontournable pour la préparation de l’épreuve.

 

Deux conseils techniques :

 

-   toujours s’enquérir au stade du survol du statut de l’auteur. Ici Patrice Bourdon ne nous apprend rien ; il faut aller à la fin de l’article pour apprendre que c’est un universitaire qui a produit en sciences de l’éducation une thèse portant sur le champs de pertinence du dossier.

-   Là encore une lecture plus « pas à pas » au stade du survol du dernier paragraphe (à suivre) est payante : c’est encore une fois un résumé.

 

Le BO

 

Ah le BO !  c’est le Bulletin Officiel, Journal Officiel de l’Education Nationale, sans enfoncer davantage de porte ouverte pour des docs !

 

Dans le groupe, la détection du mot « circulaire » a cependant été  laborieuse. Le terme existe depuis 1787, et désigne une lettre reproduite en plusieurs exemplaires pour plusieurs destinataires à la fois.

 

Il y aura lieu, si nécessaire de rafraîchir votre culture administrative. Quand une loi est votée, c’est par les députés. C’est donc un texte législatif. Il faut ensuite qu’elle soit appliquée. Les « décrets d’application » font donc passer la loi du côté de l’exécutif. Le décret est un acte administratif, la loi  passe dans l’ordre du FAIRE. Reste à transmettre, par la « voie hiérarchique », qui est décrite très explicitement dans le « chapeau » : « texte adressé aux… », c’est la circulaire, qui s’adresse à une pluralité de destinataires, par la voie dite hiérarchique (celle que le fonctionnaire doit parcourir en sens inverse pour toute demande personnelle). La circulaire est signée par le ou les ministres concernés (là encore, au stade du survol, allez tout de suite à la fin du document).

 

Il faut connaître un  minimum de sigles… et hélas, on se fait toujours piéger. Une UPI, c’est quoi ? pas de panique, on le trouve dans le texte réglementaire (4.1 : unités pédagogiques d’intégration) et vous trouverez aussi dans le même passage le sens de CLIS.

 

L’article des Cahiers Innover et Réussir

 

L’estampille scérÉn / CRDP académie de Créteil ne vous a évidemment pas échappé, car voilà une production émanant directement de vote environnement professionnel.

 

Ici au stade du survol, vous aurez repéré facilement la caractéristique principale de ce document, qui en fait la difficulté (pas étonnant qu’on vous demande de la résumer en 50 mots). C’est un témoignage de praticiens du terrain (d’où la langue très narrative, notamment l’énonciation à la première personne du pluriel).

 

Il y a pratiquement toujours un document de type « témoignage » dans le dossier du concours.

 

Comment s’en sortir ? quelques observations :

 

-   le nom des auteurs n’a strictement aucun intérêt ; par contre le mot qui les fédère est très pertinent : « équipe pédagogique » et son lieu d’exercice (un collège)

-   le style narratif épouse un scénario, dont les phases sont plus ou moins évoquées dans le choix des intertitres : premières craintes, premiers contacts, une équipe, un projet, bref une histoire…

-   là encore, au stade du survol, il est très important de lire « pas à pas » les dernières lignes, où apparaît une donnée fondamentale pour comprendre un récit : « finalement, deux ans plus tard », qui nous fait relire plus efficacement le chapeau pourtant en grosses lettres : « en juin 2004 »… pour un article paru en 2007

-   attention aussi aux pièges : j’ai été déconcerté par le petit encadré page 19 de ce document (« le contact établi » ; il ne résume pas le passage dans lequel il est inséré, mais le paragraphe suivant… la mise en page n’est pas parfaite.

 

La prochaine fois, nous verrons comment ces techniques nous permettent de mieux nous approprier les contenus, non pas pour les restituer exhaustivement, mais pour fabriquer dans un temps très limité une production codée : la note de synthse.

 

 



[1] C’est un outil appartenant à la catégorie des idéateurs, dont certains sont existent sur la Toile comme « logiciels libres » ; mais on peut tout à fait tracer les arbres sur le papier à main levée, ce qui correspond aux conditions de l’épreuve.