Solution du problème N°12

 

Rappel du texte :

« Empêchée par la Constitution d’accomplir un second mandat de quatre ans, Mme Bachelet, 58 ans, quitte la scène avec 84% d’opinions favorables. Cette ancienne pédiatre, étrangère à l’establishment, fille d’un général adversaire de la dictature Pinochet et mort sous la torture, agnostique, mère de famille divorcée, contrainte à l’exil avant de se consacrer à la politique, laisse un héritage social impressionnant, que son successeur s’est engagé à préserver » (Jean-Pierre Langellier, Le Monde du 13 mars 2010)

 

analysez avec précision la nature et la fonction des éléments de la première expansion

- proposez un schéma de votre invention qui décrira l’organisation interne du groupe sujet « Cette ancienne pédiatre…politique » (autres expansions)

- dans un article de presse, quel est l’intérêt des expansions du groupe nominal ?

 

La première expansion :

fait apparaître une propriété du participe passé : comme expansion du nom, il fonctionne syntaxiquement comme un adjectif qualificatif, qui s’accorde avec le nom en genre et en nombre ; mais comme forme verbale, il garde des propriétés du verbe : « d’accomplir un second mandat… » est un COI à l’infinitif, et « par la Constitution » est un complément d’agent. Au passage nous constatons aussi que le participe passé a un sens passif, alors que le participe présent a un sens actif. De ce fait « passé » et « présent » ne sont pas des étiquettes très pertinentes, mais c’est l’usage.

Vous aurez remarqué de plus que cette expansion est à une place inhabituelle. Nous aurions pu avoir : « Mme Bachelet, 58 ans, empêchée, etc. ». Dans les deux cas, d’un point de vue syntaxique, l’expansion a pour fonction « apposition » du nom. L’apposition se rapporte syntaxiquement et sémantiquement au nom, mais comme le terme l’indique, elle est « apposée » : elle figure entre virgules, et on peut, plus ou moins, la supprimer et la déplacer dans le groupe nominal. De là à dire qu’elle fonctionne comme un complément circonstanciel, il y a le risque d’une petite hérésie. Nous n’irons donc pas jusque là. Mais on peut considérer qu’ici, le journaliste induit bien l’interprétation suivante : « Comme elle est empêchée d’accomplir un second mandat, Mme Bachelet quitte la scène… ». L’empêchement explique la sortie politique ; mais attention, il n’explique par les opinions favorables.

La  deuxième expansion :

fait apparaître une autre propriété des expansions : elles sont cumulatives, et n’ont de limites que la mémoire à court terme du lecteur.

Ici un tableau est utile :

Expansion

Nature et fonction

Cette ancienne pédiatre

adjectif qualificatif épithète

étrangère à l’establishment

adjectif qualificatif épithète

à l’establishment

groupe prépositionnel ; complément de l’adjectif

fille d’un général

groupe nominal, apposition

d’un général

Groupe nominal prépositionnel ; complément du nom général

adversaire

adjectif de détermination : épithète de « général »

de la dictature Pinochet

groupe nominal prépositionnel – complément de l’adjectif « adversaire »

Pinochet

nom propre – expansion de « la dictature »

et mort sous la torture

groupe adjectival coordonné par « et » au groupe précédent

sous la torture

groupe nominal prépositionnel – complément du participe passé pris comme adjectif « mort »

agnostique

adjectif de détermination ; apposition à « cette ancienne pédiatre »

mère de famille divprcée

groupe nominal ; apposition à « cette ancienne pédiatre »

mère de famille

nom composé, noyau de groupe nominal qui précède

divorcée

participe passé pris comme adjectif, qualifie « mère de famille »

contrainte à l’exil…politique »

groupe adjectival – apposition à « cette ancienne pédiatre »

contrainte à

participe passé pris comme adjectif, qualifie « cette ancienne pédiatre »

à l’exil

groupe nominal prépositionnel, complément du participe passé « contrainte »

avant de se consacrer à la politique

groupe prépositionnel dont le noyau est un infinitif, expansion du participe « contrainte à »

 

à la politique

 groupe nominal prépositionnel – COI de l’infinitif « se consacrer »

 

Nous voilà arrivé au bout de ce tableau qui donne un peu le tournis. Mais c’est plus simple qu’il n’y paraît si nous en tirons encore une conclusion : les expansions ne sont pas seulement cumulatives, mais hiérarchisées linéairement ; rien n’empêche une expansion de donner à son tour une expansion, et ainsi de suite. C’est une « arborescence ». Nous avons déjà évoqué les arbres syntagmatiques dans un autre jeu. Et depuis j’en ai découvert dans la grammaire Hatier : voir page 55 et page 101.

Et le journalisme ? puisque je propose ce corrigé en pleine Semaine de la Presse et des médias dans l’école ? Les  possibilités cumulatives des expansions permettent au journaliste, toujours tenu pour le nombre limité de signes, d’injecter un maximum d’informations dans la phrase. Et la hiérarchisation interne des expansions lui permet aussi d’organiser l’information. Bien entendu cet exemple est pris dans le quotidien Le Monde, qui s’adresse à des lecteurs experts.

L’exemple permet aussi de comprendre les limites des tests appliqués dans la classe pour reconnaître les fonctions  « non essentielles » (comme l’épithète dans le GN ou le complément circonstanciel dans la phrase). Ici si on supprime  les expansions, on obtient quelque chose comme :

« Mme Bachelet laisse un héritage »

c’est-à-dire une phrase sans contenu informatif… ou qui signifie tout autre chose. Sur le terrain, à l’école primaire, il faudra s’en souvenir quand nous mènerons des analyses syntaxiques : les critères SEMANTIQUE (le sens de l’énoncé), et ENONCIATIF (sa portée informative) son premiers pour les enfants. Si la grammaire scolaire par tradition donne une telle importance à la SYNTAXE, c’est essentiellement pour la maîtrise de l’orthographe.