La question de la responsabilité humaine

La triple catastrophe qui vient de s'abattre sur le Japon : tremblement de terre, tsunami, et accident majeur dans une centrale nucléaire est une invitation à méditer sur la notion de responsabilité.

Une première interprétation à écarter est celle d'un châtiment divin, même en dehors de toute référence religieuse. Voltaire, dans Le Poème sur le désastre de Lisbonne (1756), texte évoquant un séisme qui fit à l'époque 30 000 victimes, avait critiqué ce type de croyance :

"Quel crime, quelle faute ont commis ces enfants /Sur le sein maternel écrasés et sanglants ? / Lisbonne, qui n'est plus, eut-elle plus de vices / Que Londres, que Paris, plongés dans les délices ? / Lisbonne est abîmée, et l'on danse à Paris... "

Et avant Voltaire, dans l'Évangile de Luc (13, 4), le Christ avait déjà répondu à une question du même genre, après l'effondrement tragique d'un édifice public : "Ces 18 personnes que la tour de Siloé a tuées dans sa chute, pensez-vous que leur dette fût plus grande que celle de tous les hommes qui habitent Jérusalem ? Non, je vous le dis ; mais si vous ne voulez pas vous repentir, vous périrez tous de même"

Donc, mettre la catastrophe, dont nul n'est personnellement la cause, à profit pour réfléchir à une responsabilité, qui conditionne la prise en charge du futur. De ce point de vue, Rousseau est plus stimulant que Voltaire : "Homme, ne cherche plus l’auteur du mal ; cet auteur, c’est toi-même. Il n’existe point d’autre mal que celui que tu fais ou que tu souffres, et l’un et l’autre te vient de toi. Le mal général ne peut être que dans le désordre, et je vois dans le système du monde un ordre qui ne se dément point" ; cette citation est extraite d'un passage de L'Émile, Traité d'éducation (1762), et c'est une raison de plus pour le signaler, comme d'habitude, dans une édition libre de droits.

L'idée m'est donnée dans un article du philosophe Jean-Pierre Dupuy, Une catastrophe monstre, paru dans le Monde du 21 mars 2011. Les articles du Monde sont accessibles avec un mot de passe dans l'ENT de l'IUFM d'Alsace / UDS.

Lire l'extrait de L'Émile dans son contexte