2011-12 - 17 août 

Fiche technique

proposée par Jean-Marc Muller, IUFM/UDS centre de Colmar

 

Essai de construction de l'analyse

 

Comme j'ai pu l'expliquer dans diverses fiches techniques (voir le site), et sans revenir sur la distinction un peu subtile entre "synthèse" et "analyse", l'exercice a deux aspects :

 

- scolaire - académique :

vous serez évalués par des correcteurs eux-mêmes sortis du moule : il convient donc de leur servir un texte rédigé dans les règles de l'art : une introduction qui présente le texte, la problématique et annonce le plan ; un développement rédigé en deux parties au moins (trois, c'est mieux), une brève conclusion ; le tout ne doit pas excéder 3 pages manuscrites d'une écriture standard sur format A3 feuille de copie ; si vous vous entraînez au traitement de texte, disons entre 700 et 1000 mots. Mettez le maximum de chances de votre coté en travaillant la lisibilité. Veillez à la qualité du stylo (le feutre c'est mieux que la bille... et l'encre noire est une marque de distinction, nullement obligatoire cependant).

 

- professionnel

c'est-à-dire "pragmatiquement orienté" vers un "faire" qui met au centre la préoccupation d'un métier à exercer dans des conditions concrètes ; il  n'y a pas de truc pour y arriver, mais un candidat qui a bien intégré cette perspective sait en donner des indices divers, à plusieurs niveaux, qui font que la copie est immédiatement valorisée

comme je dois quand même être explicite, je dirais que l'analyse, comme productions argumentative doit se faire en trois phases :

 

la CONTEXTUALISATION : on commence par indiquer au lecteur le domaine (ou le champ dira Bourdieu) dans lequel la question du libellé se pose : horizon culturel, pédagogique, institutionnel, etc.

 

l'ANALYSE : rien à voir ici avec la dénomination de l'exercice ; mais c'est la phase où le producteur du texte développe des arguments  tirés des textes (la recherche des "causes", et en allant plus loin dans l'abstraction, la référence à des "théories")

 

l'ORIENTATION PRATIQUE : in fine, l'enseignant et a fortiori le candidat doit se poser la question : maintenant que dois-je faire ?

 

Ces trois phases représentent le mouvement de la pensée. D'où ma tendance à recommander vivement de faire trois (courtes) parties.

Attention : les mots indiqués en caractères gras font partie du "métalangage" méthodologique. On veillera à ne pas les employer dans la production rédigée.

 

Pour le moment, je ne fournis pas d'analyse rédigée :  c'est à vous de la produire. Je suis cependant disposé à corriger quelques copies et à renvoyer les corrections par le réseau. Ne pas encore utiliser, en ce qui me concerne, la plateforme car je ne maîtrise pas cette fonctionnalité de l'outil.