Texte lu puis commenté pour le groupe PE2H à Colmar en janvier 2005 en guise de vœux de bonne année

 

Puis il s’en alla, avec la femme et les neuf disciples, vers la place du marché. Dès lors, il parla au peuple, ses amis et ses voisins, et la joie d’étinceler dans leur cœur et sur leurs paupières.

 

Et il dit :

« C’est dans votre sommeil que vous êtes en état de croissance, et c’est dans vos rêves que vous vivez votre pleine vie. Car vous passez toutes vos journées en actions de grâce pour ce que vous avez reçu dans la quiétude de la nuit.

 

Souvent, vous pensez et vous parlez de la nuit comme d’un moment de repos, alors qu’en vérité la nuit est un moment de quête et de découverte.

 

Le jour vous apporte la force de la connaissance et apprend à vos doigts à être versés dans l’art de recevoir ; mais c’est la nuit qui vous conduit là où la vie garde son trésor.

 

Le soleil apprend à toutes choses qui poussent comment leur ardent désir brûle pour la lumière. Mais c’est la nuit qui les élève vers les étoiles.

 

En réalité, c’est la quiétude de la nuit qui tisse un voile nuptial par-dessus les arbres de la forêt, par-dessus les fleurs du jardin. Puis elle dresse un somptueux festin et tient prête la chambre nuptiale ; et, dans ce silence sacré, le lendemain est conçu dans les entrailles du Temps.

 

Il en est de même pour vous. Ainsi, en cherchant, vous trouverez de la nourriture et de l’accomplissement. Bien qu’à l’aube, votre réveil efface la mémoire, la table des rêves est à jamais dressée et la chambre nuptiale vous attend. »

 

 

Khalil Gibran, Le jardin du prophète, calligraphies de Lassaâd Métoui, Editions Dervy