1° accueil de 4 stagaires à Colmar - janvier 2000. Mai 2001 : 3 stagiaires formateur et praticiennes de maternelle manipulent les marionnettes à l'école maternelle d'Aspach-le-Bas. Novembre 2001 - les étudiantes de l'école de pédagogie chantent et miment la chanson du chat.

 

Ibrahim Rugova, le Kosovo et l’IUFM de Colmar

 

Contexte : texte et photos mises en ligne à l’occasion de la mort d’Ibrahim Rugova le 21 janvier 2006

 

Ce 21 janvier 2006, est tombée la nouvelle de la disparition d’Ibrahim Rugova,  Président de la République du Kosovo.

 

C’est l’occasion de rappeler qu’avec le Kosovo,  l’IUFM d’Alsace avait engagé trois années de partenariat, de 1999 à 2002. Cette action avait  permis d’accueillir à deux reprises dans la maison de Colmar des professeurs du second degré, puis des formateurs d’une école de pédagogie, formant des éducatrices de jeunes enfants. L’Inspection académique du Haut-Rhin avait collaboré, en accueillant les stagiaires du Kosovo dans des écoles de plusieurs  circonscriptions.

Trois missions s’étaient aussi rendues sur place, et j’avais eu l’honneur d’y participer, avec mes collègues professeurs des écoles : Jean-Yves Carlen et Marie Delbarre. Cette action était née, non pas d’une initiative de l’Education Nationale, mais de l’engagement de militants du Mouvement pour une Alternative Non violente (le MAN), avec la participation de la commune de Lutterbach, impliquée de son côté par son jumelage avec la ville kosovare  de Gjilan.

Du fait d’un certain dégagement de la France et de l’Europe, l’action a malheureusement été arrêtée début 2002. Dans ce contexte très difficile, les problèmes administratifs ont pris le dessus. La situation politique du Kosovo en effet n’est pas réglée. Juridiquement, cette région fait toujours partie de la Serbie. Dans les faits, elle jouit d’une indépendance relative, mais sous tutelle de l’ONU. Ibrahim Rugova devait justement présider, en cette fin du mois de janvier 2006, des négociations importantes pour le statut futur du Kosovo.

Sur le plan humain, et par la voie associative, les contacts avec nos collègues kosovars n’ont cependant pas été rompus. Cette action pourrait reprendre un jour et retrouver la place qui lui revient parmi les projets internationaux de notre IUFM. JMM

 retour à la page Kosovo