Un poème de Blaise Cendrars

 

Tu m'as dit si tu m'écris
Ne tape pas tout à la machine
Ajoute une ligne de ta main
Un mot un rien oh pas grand chose
Oui oui oui oui oui oui oui oui
Ma Remington est belle pourtant
Je l'aime beaucoup et travaille bien
Mon écriture est nette est claire
On voit très bien que c'est moi
qui l'ai tapée
Il y a des blancs que je suis seul à savoir faire
Vois donc l'oeil qu'a ma page
Pourtant, pour te faire plaisir j'ajoute à l'encre
Deux trois mots
Et une grosse tache d'encre
Pour que tu ne puisses pas les lire.

 

Blaise Cendrars, extrait de « Du Monde entier. Au cœur du Monde. » Poésie Gallimard.

 

Blaise Cendrars (1887 – 1961)

 poète et romancier, fut aussi journaliste, mais surtout aventurier et grand bourlingueur. Amputé du bras droit suite à une blessure de guerre en 1915, il continua depuis cette date d’écrire de plus belle… à la machine, sa remington, qu’il emmenait partout avec lui.

De Cendrars, on connaît notamment L’Or (1925), roman qui raconte la fièvre du métal jaune et dont le personnage principal, Johann August Suter, débute à Bâle, puis dans le sud de l’Alsace une folle équipée qui l’amènera jusqu’à San Francisco.

Cendrars est aussi l’un des premiers poètes à célébrer, comme Apollinaire dans Zone, les images du monde moderne, séries d’instantanés, qu’il réunit dans Kodak (titre qui lui vaudra un procès avec le société du même nom !), Dix Neuf poèmes élastiques, ou encore de grands textes épiques comme Pâques à New York (1912), ou La prose du Transsibérien et de la Petite Jehanne de France qui sera illustré et mis en page par Sonia Delaunay [1]

Il a même réussi le tour de force d’être encore publié aujourd’hui en Folio Junior (Gallimard) : la lecture des Petits contes nègres pour les enfants blancs (1928) reste un enchantement…

Le télégramme poème « Dernière heure », fabriqué à partir de la lecture d’un fait divers paru dans une édition de 1914 du quotidien Paris-Midi, est un bel exemple de poème élastique…

 

 



[1] L’édition princeps de ce magnifique « livre objet » est exposé à Genève à la fondation Martin Bodmer.

http://www.fondationbodmer.org/