CAPES DOC INTERNE

Concours blanc – décembre 2006 – essai de corrigé (notre dernière séance du 24 janvier 2007)

 

« une note de synthèse dégageant une problématique d’ensemble » (3 pages maximum)

 

thème : la communication de l’information

 

 

Plan possible :

 

 

1.   Etat des lieux : les mutations TECHNOLOGIQUES autour de deux  CONCEPTS fédérateurs : l’INFORMATION / la COMMUNICATION

 

·        Une conception élargie  de l’INFORMATION

 

1.     des ressources non stables, non localisées, qui varient dans le temps (doc.1)

 

2.     des contenus de statut et de nature hétérogène : le fonds (documents physiques) + importante production interne + des documents virtuels, des « potentialités d’accès à des informations extérieures » (doc.2-3), la diffusion se faisant non plus du haut vers le bas, mais « en réseaux »

 

3.     des contenus ouverts sur des horizons très différents : le patrimoine, la pédagogie, la logistique, et le quotidien « événementiel » (doc.5) – ce qui se transmet dans cet « espace numérique » n’est pas prioritairement le savoir (modèle abandonné), mais toute la vie de l’établissement (doc.4)

 

·        Un nouveau type de COMMUNICATION

 

1.     une information délocalisée : accès aux ressources bouleversé par la mise en relation du fonds local avec les fonds distants avec fortes incidences sur l’exercice du métier de documentaliste (doc.1)

 

2.     une multitude de produits, générant du fait de cette masse et de cette hétérogénéité un problème supplémentaire : leur communication (doc.2) / l’information ne suffit pas, il faut la valoriser, voire la retraiter ; notion de « plus-value informationnelle » (doc.2)

 

3.     accès à l’information modifié par la technologie : le chercheur (= l’élève) est aussi producteur, diffuseur, ce qui nécessite un accompagnement (doc.1) ; coexistence de modes de communication internes traditionnels (papier, affichage, contact direct) (doc.2) et d’une communication numérique « en réseau » intégrant tous les usagers dans et hors de l’établissement : les ENT

 

 

2.   Cette évolution pose un problème de « MANAGEMENT » : les facteurs technologique et humain sont inséparables

1. le doc. voit son rôle élargi à celui de conseiller, guide, médiateur, sans suppression des tâches de « bas niveau » (indexation) : doc.1

2. à l’intérieur de l’établissement, les documentalistes ont à gérer une série de tâches relevant de la communication interne, avec ou sans les nouvelles technologies (doc.2 : chronique collective d’une année au CDI) ; d’où une série de problèmes humains : doc.2 :  problèmes que suscite la création d’un site internet d’établissement : qui décide ? qui définit le cahier des charges ? qui gère ? le CDI peut, paradoxalement être marginalisé

3. malaise dans la profession, analysé à 3 niveaux dans le doc.3 : le contenu de l’information, les relations avec les partenaires des documentalistes : la hiérarchie et les équipes d’établissement, les règles de circulation de l’information

4. risques de surcharge du fait du cumul de tâches anciennes et nouvelles : le CDI nœud de fonctions « vicariantes » (= plaque tournante sollicitée pour une somme de tâches et de compétences nouvelles), mais les personnels n’ont pas vocation à être des « vicaires » (doc.3) et risque d’exclusion de certains acteurs (voués à l’infirmité) (doc.3)

 

3. Dans ce paysage où rien n’est figé, émergent des SOLUTIONS INVENTEES sur le terrain, même si elles ne sont que partiellement coordonnées

 

1.     Des solutions pragmatiques, présentées sous forme de témoignages dans le document 2 ; l’idée de « plus-value informationnelle » trouve sa solution dans le croisement de stratégies : témoignage de C.Balenci et de l’ensemble des docs qui font la chronique de Inter-CDI : diffuser l’information, c’est s’adapter aux réseaux qui existent…C’est l’innovation par la base, la convivialité prime la technologie

 

2.     Autre solution, diamétralement opposée : les ENT : une Académie (Lorraine), met à la disposition de tous les usagers (enseignants, élèves, parents, et tous les personnels) un « espace numérique de travail », avec des spécificités pour chaque catégorie (= expérience PRISME) ; dans ce cas, même si l’investissement de l’espace pédagogique reste l’horizon, le CDI perd la maîtrise du dispositif (doc.4) ; c’est l’innovation « par le haut » : voir l’arbre numérique, où le CDI est une branche parmi d’autres

 

3.     Solution intermédiaire : l’idée de « politique » documentaire présentée par les formatrices d’Aix-Marseille (doc.5). Ce terme connote deux dimensions qui sont l’avenir du CDI dans son nouvel environnement technologique : il est ouvert vers le social, et nécessite donc une approche d’équipe. Il est aussi tourné vers l’action, et de ce fait il recherche une intégration dans le projet d’établissement.

4.     La métaphore du trèfle à quatre feuilles insiste sur les aspects dynamique, interactif,  systémique d’ une telle approche aux accents utopiques, mais qui reste largement à inscrire dans les faits.

 

 

Derniers conseils avant le 7 février

 

-         soignez l’introduction, qui n’apparaît pas sur ce plan détaillé : le thème commun, les documents classés, référencés, selon leur « point de vue » - ne conserver que les traits pertinents pour la synthèse, l’énoncé de la problématique, le plan.

-         pour cette synthèse, la problématique pourrait être : quelles sont les conséquences entraînées par les mutations technologiques en matière d’information et de communication ?

-         le plan : de préférence en trois parties, clairement annoncées à la fin de l’introduction par trois petites phrases ; le lecteur doit retrouver l’équivalent de ces phrases au début de chaque partie

-         la synthèse se termine par une phrase résumante et générale, qui sert de conclusion

-         évitez tout jugement, toute appréciation personnelle : c’est la sélection des données et leur hiérarchisation qui fera apparaître vos convictions professionnelles, en rapport avec l’éthique du métier de documentaliste

-         faites bien émerger, pour chaque dossier les mots clés, les concepts fédérateurs, gages de la concision

-         dans ce plan détaillé, les mots clés, ou « concepts fédérateurs » sont surlignés en mauve, mais attention : sur la copie vous ne pouvez rien surligner ; vous n’utilisez pas de capitales ; vous ne soulignez que les titres des ouvrages.

-         attention à la mise en page : pas d’alinéas dans l’introduction ; une séparation claire pour les trois parties ; la conclusion se détache de la dernière par un retrait en début de ligne

-         ordre des tâches : il vaut peut-être mieux commencer par les deux documents à résumer : ceci peut vous aider pour trouver la problématique de la synthèse

 

Bonne chance à toutes et à tous ! Vous pouvez me contacter par mail si besoin d’autres précisions.

 

JMM.