Le Kosovo avec le MAN (Mouvement pour une Alternative Non violente) et l'association Kosovo Ensemble

page d'accueil


l'ancien drapeau du Kosovo... et le nouveau

(origine :google - internet)

origine : google images - courrier international

nouveau : le passage de la frontière, un récit (juin 2012)

L'IUFM d'Alsace a construit au début des années 2000 des liens avec les enseignants de français du Kosovo, maintenus vivants aujourd'hui par le MAN

Résumé de l'action Kosovo de 1999 à 2002

Qui était Ibrahim Rugova (1944- 21 janvier 2006) ?

Une école parallèle

Le Kosovo au fil d'articles de presse :

- un article du Monde du 13 février 2012 : synthèse de la situation du Kosovo. La population du Kosovo est la plus jeune d'Europe.

- décembre 2011 : les Serbes du Kosovo entre Belgrade et Pristina

Cet article récent du Monde (31 décembre 2011) décrit bien la situation actuelle de cette région du Sud de l’ex-Yougoslavie, qui a accédé à l’indépendance de haute lutte. Mais cette grande avancée politique n’a pour le moment réglé aucun problème de fond. Faute d’un développement économique qui ne peut s’envisager que sous forme d’intégration à l’Europe, ce petit pays (pas plus de deux millions d’habitants) reste sous perfusion. Le problème de l’alimentation en énergie, nodal pour le développement d’une industrie, n’a pas trouvé pour le moment de solution. Les équipements collectifs (hôpitaux, écoles) sont financés par les organisations internationales. La question, essentielle, de la cohabitation de populations de cultures et de langues différentes n’est pas réglée. Les Serbes, de langue serbo-croate, de religion chrétienne orthodoxe, ont souvent choisi l’exil. Ce qui reste de cette population minoritaire en nombre mais socialement dominante, du temps de la Yougoslavie, est aujourd’hui cantonné dans des enclaves. Elle est de plus coupée du gouvernement de Belgrade, dans lequel elle se reconnaît, mais dont elle estime souvent qu’il ne défend plus ses intérêts. En majorité de langue albanaise et de religion musulmane (un islam d’une grande tolérance), la population du Kosovo n’entretient pas d’esprit de revanche, mais des conflits sporadiques surgissent, notamment dans les zones frontalières du Nord et de l'Est. La jeunesse, kosovare ou serbe, rêve d’un monde meilleur, plus libre et plus ouvert, dont elle ne perçoit, aujourd’hui que le reflet déformé sur les écrans, à travers les échanges sur les réseaux sociaux. Les universités, les bibliothèques municipales, sont d’intenses lieux de vie. Au lycée, on étudie l'anglais, encore un peu le français, et même le latin, on joue au football, et on se lance dans des concours de poésie. Ces jeunes se disent souvent déçus par la politique. Mais le chaudron, un jour, pourrait exploser…

En savoir plus, et se tenir régulièrement informé sur le Kosovo, voir les pages du Courrier des Balkans

des articles plus anciens :

- février 2008 : le Kosovo indépendant

- février 2008 : extraits de la déclaration d'indépendance

- 2009 : les difficultés

- 2010 : vers un dialogue avec la Serbie ?