Synthèse : l’éducation à l’orientation

 

Contexte : travail personnel fait par les stagiaires en novembre 2005, corrigé le 23 novembre 2005

 

Intro :

Thème : l’éducation à l’orientation (au collège, au lycée)

 

Les documents :

-         un dossier du Monde de l’Education : plusieurs points de vue ; état de l’opinion sur la question (N.Truong est un journaliste spécialisé)

-         un apport sur la transmission culturelle (inspiré par la sociologie de Bourdieu)

-         deux discours d’experts (guidés par les travaux du CNAM sur des thèmes connexes : l’indécision (expert 1), le projet (expert 2). Actes d’un colloque dans un cas, ouvrage collectif dans l’autre

-         un document officiel (synthèse d’un ensemble de textes ministériels publiés entre 1985 et 2000), puis mis en ligne sur le site Eduscol (site ministériel)

 

La problématique :

 

-         une question sensible qui renvoie à la crise de l’école et à la crise de l’emploi

-         des éléments théoriques pour recadrer le concept d’orientation en tenant compte de cette situation

-         des directives, des outils, des pistes pour innover

 

1. L’éducation à l’orientation est concernée par une double crise : celle de l’école, celle de l’emploi

 

a)      les CO accusés tantôt d’être des « sélectionneurs », tantôt d’être de se substituer aux psychologues (Le Monde)

b)      un domaine sensible qui génère de l’anxiété (Le Monde + les experts)

c)      tensions fortes entre angoisse et attentes parentales (Le Monde) et l’école (éducation = priorité nationale + intermédiaire incontournable pour la transmission (sociologue)

d)      des problèmes insurmontables : l’échec récurrent de ceux qui n’ont pas de capital culturel + le caractère sexiste de l’orientation (sociologue) + la hiérarchie des filières (hors de C pas de salut) + non adéquation de l’évolution des professions aux attentes des formés (expert 2)

 

2.     Le dossier fournit des éléments pour prendre du recul théorique

 

a)      prégnance de la notion de projet, forcément problématique (4° de couverture, expert 2)

b)      une approche qui concerne d’abord les individus : de quoi procède leur anxiété (généralisée ou manque d’information ?)

c)      un problème de représentations (de soi + des filières)  (expert 2)

d)      tordre le cou quand même aux déterminismes qui sont des construction sociales (en matière d’orientation garçon-fille) (sociologue)

e)      réfléchir sur le processus décisionnel (expert 1)

en tenant compte des composantes individuelles, mais aussi des contraintes sociales…

 

 

 

3.     On peut tirer de ces analyses des pistes pour une éducation à l’orientation, qui ne sera pas de la responsabilité exclusive des « conseillers »…

 

a)      responsabiliser les parents aussi (pas de projection d’angoisse, dit le psychanalyste, dans le Monde

b)      apporter une aide individuelle : composante "psy" pas reniée : utilité d’un outil pour y voir clair (expert 1 : épreuve de décision vocationnelle)

c)      aspect institutionnel : pris en charge par le texte officiel, qui définit une démarche en trois temps, mobilisant tous les acteurs d’un établissement

d)      prise en compte de l’élève actif (document Eduscol à relier à la problématique de « l’élève au centre » du système) ; travailler l’indécision « adaptative » (expert1)

e)      et surtout un travail concerté,  en interne (les professeurs  aussi : MEN et Monde) et en externe (liens avec les bassins de formation)