France Culture – Revue de presse européenne de Cécile de Kervasdoué – mercredi 17 janvier 2007 - 7h35

 

Cette revue de presse fait apparaître une dimension de la littérature de jeunesse peu abordée dans le cadre de notre préparation : sa « réception » auprès du public, en l’occurrence les parents… et aussi d’une fraction du corps enseignant. L’affaire s’est passée en Belgique, mais l’un des deux écrivains concernés, Bernard Friot,  est très connu en France, en particulier dans notre IUFM… Hors de la scène médiatique, les éditeurs de jeunesse sont coutumiers des pressions exercées par les parents pour rendre les textes conformes aux normes « morales » ou à ce qu’on appelle dans le monde anglo-saxon  le « politiquement correct » . A vous d’en juger…

 

Bonjour Ali bonjour à tous,

« " Alors dicte la maitresse... l'ogre reconduisit les enfants chez papa et maman... le grand gentil loup logea chez les trois petits cochons .... et la mère de Bambi ressuscita"...
"ress …ssu ..sci…ta... avec deux ss... un s… un c cédille... puutain! »... répond une caricature de jeune en jean, baskets, casquette, batte de baseball et joint à la main!... un dessin que publie ce matin le Soir en Belgique et qu'il intitule
"Voici la dictée politiquement correcte"....
un écho à la polémique qui fait rage dans le pays depuis le début de la semaine et dont la presse belge s'empare tout particulièrement ce matin...

"Une polémique a été déclenchée dans les écoles belges ces dernières semaines par des textes littéraires proposés aux enseignants dans le cadre d'un test de lecture. On dit que l'un d'eux est trop violent et que l'autre utilise un langage cru . Il se fait que je suis l'auteur du second et que je m'étonne sincèrement de voir de pareilles remarques émaner d'enseignants de français..."
c'est par cette lettre que le Soir en Belgique ouvre son dossier sur la question... les deux textes distribués à tous les élève de Bruxelles et de Wallonie pour évaluer leur capacité de lecture seraient mal appropriés ont dit les enseignants et directeurs d'école... le premier « Rédaction » de l'auteur français Bernard Friot raconte l'histoire d'un élève qui, pour rédiger des rédactions captivantes, provoque des catastrophes: il pousse sa soeur dans l'escalier, il verse de la lessive dans du lait en poudre, provoque une inondation en détraquant la machine à laver,...
le deuxième de Nicolas Ancion raconte un hold up suivi d'une prise d'otage...

D’où les réactions violentes des parents et enseignants auxquels la Libre Belgique ouvre ses pages ce matin
"certains enseignants ont même adressé cette lettre ouverte au ministre " comment un brillant pédagogue ou un aréopage de confrères a t il pu accepter d'ouvrir ses évaluations avec un texte aussi dénué de sens moral?
Autre réaction d'un père de 6 enfants... je suis très en colère de voir nos enfants soumis à de telles attitudes irresponsables en des temps où la violence scolaire est particulièrement aigué... n'y a t il pas d'autre thèmes plus positif et sources d'espérance à leur soumettre pour évaluer leurs compétences?...
et la Libre de rappeler que tout cela est a mettre en relation avec le drame qui la semaine dernière avait relancer le débat sur la violence à l'école… Un élève de 16 ans expulsé de son école de Dinant avait grièvement blessé le directeur à coup de couteau!

« C'est vrai que j'ai été étonné moi-même du choix des inspecteurs ... confesse l’auteur du deuxième texte toujours dans les colonnes du Soir...ma nouvelle Nettoyage à sec a été imaginée pour un public adulte, je l'avais écrite à destination de l'émission de polar diffusée sur en radio, vers 23 h le dimanche. Une heure d'ailleurs écrit il... où les bambins de quatorze ans chattent sur MSN, regardent les émissions érotico-ringardes ou dégomment des aliens sur leur PSP, c'est vrai.... J'ai été ravi de ce choix: voilà que l'école peut enfin évoquer le monde dans lequel nous vivons, sans se réfugier dans celui dans lequel les frères Grimm, Chrestien de Troyes ou Victor Hugo ont écrit, et dont ils rapportaient, ne l'oublions pas, eux aussi, la violence et la fureur.
Oui, mon texte fait appel à différents niveaux de langue. Et alors ? Il mobilise chez le lecteur des compétences de compréhension plus larges que celles qu'on trouve dans un texte qui n'aurait choqué personne (ah ! ....les vertus de Pagnol et Duhamel ! ah ! ....le bon vieux français qu'on causait avant-guerre ! ah !.... les histoires de garnements en culottes courtes qui chapardent dans les vergers ! ....Comme tout cela est rassurant !) mais mon texte est beaucoup plus adapté au monde dans lequel les élèves belges vivent.. car Nettoyage à sec est une histoire d'aujourd'hui avec des mots d'aujourd’hui et je suis content qu'elle soit lu par des jeunes d'aujourd'hui...

Même type d'analyse dans les colonnes de la Libre Belgique "croyez vous vraiment que les enfants seront choqués ou poussés à la violence par de tels propos... pas sûr... car ils adorent la cruauté...face à laquelle ils oscillent entre rires et frémissements... et le caractère formateur des contes dans ce domaine n'est plus à prouver... Truffés de cruauté, ils parlent non seulement de doigts coupés mais aussi d'enfants abandonnés ou dévorés, de princesses empoisonnées ou maltraitées, de gorges tranchées... pour grandir les enfants ont besoin de ces récits d'humour et de férocité... ils savent très bien faire la part des choses entre fiction et réalité... et n'ont pas besoin de texte consensuel frileux
Sans compter que les enfants sont confrontés à énormément de violence que ce soit à la télévision ou sur internet... ces texte qui s'inscrivent dans cette réalité sont donc au contraire conclut la Libre l'occasion pour les enseignants de décrypter cette violence quotidienne avec leurs élèves... c'est en cela le meilleur garde fou contre la violence scolaire

et après l'école avez vous envie de partir en vacance en Floride... interroge ce matin un reporter du journal le Temps... ce pays du soleil... le « sunshine country » qui fait rêver tant d'étrangers n'est plus aussi alléchant... parce qu'il est maintenant devenu le « gunshine country »... ou pays des pistolets... en tout cas a en croire un article du Sun Sentinel en Floride... qui constate que l'état de Floride accorde des permis de port d'armes à feu à des individus violents ... parfois déjà condamnés pour meurtre.... le pire rajoute le journal qui a mené l'enquête c'est que non seulement la justice ne fait pas les vérification adéquates mais les parlementaire sont complices et soutiennent même ouvertement le lobby des marchands d'armes... ils ont voté l'été dernier une loi permettant l'anonymat des porteurs d'arme... ainsi aujourd'hui 410 mille personnes ont une arme en Florides sans aucun contrôle préalable... au détriment de la sécurité des citoyens conclut l’article mais au bénéfice économique on l’entend bien du Lobby des marchands d'armes américain.

et pour rester sur le thème sécuritaire je vous emmène en Suède... où une polémique fait rage ces jours ci …parce que « le nouveau gouvernement de centre droit est en train de mettre en place un système d'écoute qui ferait pâlir l'administration Bush »... écrit l'international Herald Tribune ce matin ...
il s'agit d’une proposition dévoilée la semaine dernière qui doit être votée au printemps pour devenir effective cet été... l'objectif... étendre les attributions de l'organe d'écoute et de défense pour lui permettre non plus d'écouter les transmissions radio des voisins de la Suède... mais toutes les transmissions électroniques qui traverseront le pays... cad... que le gouvernement pourrait avoir un droit de regard direct sur les e mail les fax... les coups de téléphones de tous les citoyens...
C’est que jusque là, la sécurité était cantonnée au domaine exclusivement militaire se défend le gouvernement suédois... aujourd'hui ça n'est plus le cas... le terrorisme est présent dans les domaines civils et nous devons pouvoir le contrôler...
Mais cette méthode est complètement contraire à notre culture... s'insurgent les associations de protection des droits civils... d'autant que contrairement aux Etats Unis où une affaire similaire a fait polémique, ici rien n'est prévu pour contrôler l'intrusion de l'état, même pas une décision de justice... et de conclure si ça passe, c'est une étape de plus et de taille dans la société Big Brother!

Bonne journée

 

 

Les revues de presse de France Culture peuvent être réécoutées pendant une semaine sur le site internet de cette radio. Depuis peu, le site fournit, en plus, la transcription des revues de presse. C’est bon à savoir : on peut ainsi disposer de l’enregistrement et de la transcription.